MATÉRIEL : quand l’imprévu rend les choses compliquées !

Reparation ski de Rando

MATÉRIEL : quand l’imprévu rend les choses compliquées !

Le ski de rando ça ne s’improvise pas.  La préparation des sorties est importante mais on ne pense pas toujours à vérifier  son matériel surtout en début de saison. Voici le récit d’une sortie tranquille qui aurait pu mal tourner.

 

 

Une belle journée en perspective

Une belle journée en perspective !

Ça y’est, après une longue période anticyclonique l’hiver est enfin de retour avec du froid et de grosses quantités de neige. Il est tombé 50cm la veille, Vincent et moi nous mettons d’accord pour une sortie tranquille que l’on connait bien car le bulletin Météo France est assez mitigé. Environ 1000 mètres de dénivelé sur des pentes faciles pour rejoindre un sommet modeste du pays Toy qui offre un terrain de jeu ludique avec plusieurs options pour la descente.

Nous démarrons sous un grand soleil et un froid mordant, la journée s’annonce bien ! La montée se fait sans encombre mais la neige est assez changeante : le bas de l’itinéraire a pris la pluie, le vent a bien soufflé sur le haut et toute la partie médiane est gavée de poudreuse. On prendra ce qu’il y a de bon à prendre.

Arrivés au sommet, le panorama est splendide sur cette belle vallée des Hautes Pyrénées. Les faces alentours sont plâtrées, nous en profitons pour manger un morceaux et repérer des itinéraires pour les jours qui viennent. Après de longues minutes là-haut, il va être temps pour nous de rechausser et j’entame alors mon rituel check up avant de m’élancer : chaussures serrées en position descente, poches fermées, DVA branché, sac à dos fermé, masque ok, semelle des skis dégagée… puis au moment de chausser j’entends un petit bruit sous le pied et je me rends compte que ma chaussure ne tient pas sur le ski.

Quelle surprise quand je m’aperçois qu’un picot de la fixation s’est cassé… du coup je me retrouve dans l’impossibilité de chausser et… de skier ! Éclats de rires de Vincent !! C’est marrant comme on peut se sentir soudainement très con…

Je fais toujours attention à ne rien oublier dans mon sac mais je n’ai jamais pensé à vérifier l’état de mes fixations (1ère erreur !). Si le picot a cassé, c’est qu’il était très abîmé depuis longtemps, et d’ailleurs sur l’autre fixation ils ne devraient pas tarder à céder vu leur état ! Bon je fais quoi maintenant ??!

Plusieurs options s’offrent à moi :

  • redescendre à pieds les skis sur le dos : il doit bien y en avoir pour 3 heures de descente. Le départ est un peu raide avec de la neige dure à cause du vent et sur le milieu, je risque de m’enfoncer jusqu’aux cuisses. Pour ne rien arranger, j’ai laissé mes crampons à la voiture (2ème erreur !) car ici les pentes sont plutôt douces et la poudreuse était annoncée.
  • descendre sur un ski : autant ça peut être drôle sur un bout de piste pour faire marrer les copains mais en rando sur 1000 mètres de dénivelé ça ne l’est pas du tout !!! c’est pourtant l’option la plus probable qui m’attend.
  • réparer : je n’ai aucun outil !
  • appeler l’hélico. Non avant il va falloir trouver une solution !

Finalement, Vincent me sort sa solution magique : du fil de fer gainé très dur et une pince multi fonctions. Nous essayons de bricoler un système pour attacher la chaussure à la fixation qui se transforme en sac de nœuds au bout d’un 1/4 d’heure mais bon ça a l’air de tenir à peu près. Je ne suis pas sûr que ma nouvelle fixation passe les tests de sécurité ISO mais si ça peut m’aider à gagner quelques mètres de descente sur les 2 skis, ça sera déjà pas mal.

« je n’ai jamais pensé à vérifier l’état de mes fixations (1ère erreur !). Si le picot a cassé, c’est qu’il était très abîmé depuis longtemps… »

Finalement, la descente se passe plutôt bien. J’essaye de ne pas mettre de poids sur ma jambe droite et j’arrive à enchaîner les virages mais heureusement que la poudreuse est là pour me faciliter la tâche. En arrivant aux 2/3 de la descente, la neige devient dure et comme elle a pris la pluie, des rigoles glacées affreuses à skier finissent par avoir raison de notre bricolage (au prix d’une jolie chute !). Impossible de marcher sur cette patinoire bosselée, je n’ai donc pas d’autre choix que finir sur un ski. Autant vous dire que ce fut une grosse galère !

Si tout se termine par une bonne rigolade, cette mésaventure aurait pu avoir des conséquences bien plus sérieuses s’il mettait arrivé la même chose 3 jours plus tôt sur un itinéraire plutôt engagé avec des passages à 40°…


Le scénario du pire

Il arrive que nous fassions des sorties un peu plus engagées que d’habitude plusieurs fois dans l’hiver : remonter en crampons piolet et skier de jolis couloirs, descendre des pentes raides, partir pour plusieurs jours en autonomie etc. Nous nous engageons systématiquement dans ces itinéraires avec une bonne dose de vigilance et d’entraînement mais par définition l’imprévu ne vient pas toujours de là où on l’attend… et il peut vite avoir des conséquentes peu réjouissantes.

« par définition l’imprévu ne vient pas toujours de là où on l’attend… »


Pour en avoir vécu certains et échangé sur le sujet avec d’autres randonneurs voici quelques scénarios de soucis matériel auxquels ont ne pense pas toujours :
    • Perdre un ski dans un passage raide sur de la neige dure. Impossibilité de descendre et de remonter sans crampons… Allô l’hélico ?
    • Une peau qui ne colle plus du tout pendant un raid à ski…
    • Se faire prendre dans une avalanche et se rendre compte que l’on a oublié d’enclencher la poignet de l’ airbag avant de partir…
    • S’apercevoir au départ de la rando que les piles du DVA sont mortes…
  • Attendre le dernier moment pour mettre et les crampons et se rendre compte qu’ils sont déréglés car vous les avez prêté à un copain l’autre jour.
  • Penser qu’avec les conditions poudreuses, il n’y a pas besoin des couteaux ni des crampons…
  • Casser un bâton à la montée…
  • Marcher sur ses lunettes ou son masque…

Je sais que vous en avez déjà vécu alors n’hésitez pas à les partager dans les commentaires ci-dessous.

 


Mc Gyver

 

 

Avec un peu de matériel et d’imagination on peut se sortir de situation délicates. Les 3 outils indispensables :

  • Pince multifonction : resserrer une fixation, couper du fil, redresser une carre abîmée… De nombreux modèles existent mais n’hésitez pas à y mettre le prix pour avoir un outil léger et fiable.
  • Scotch résistant : non pas le whisky, l’adhésif ! Il vous servira pour attacher une peaux qui ne colle plus par exemple ou réparer un bâton cassé.
  • Fil de fer rigide : réparer une fixation par exemple ?

 


 

7 checkpoints incontournables

L’idéal est de faire toutes ces vérifications avant que la saison ne commence pour éviter les oublis la veille de la première sortie, puis refaites des check up régulièrement dans la saison.

  • FIXATIONS : au besoin resserrez les vis, graissez les ressorts et enclenchez votre chaussure pour revérifier l’écartement et le DIN
  • SKIS : si vous laissez du fart sur vos semelles pendant la période estivale (recommandé) raclez le surplus avant la première sortie car vos peuax ne colleront plus (ou mal!).
  • CHAUSSURES : assurez vous que les crémaillères et tous les crochets soient bien serrés. Passez la main dans les chaussons pour vérifier qu’aucun plis ne se soit formé.
  • Contenu du SAC à DOS : ouvrez et complétez si besoin votre trousse de secours, outils, matériel pour réparer, peaux, couteaux, crampons, DVA, pelle, sonde (à déplier). Une attention particulière doit être portée sur le triptyque de sécurité.
  • DVA : mettez des piles neuves en début de saison puis vérifiez-les régulièrement. N’utilisez pas de piles rechargeables.
  • CRAMPONS : sortez les de leur sacoche et montez-les aux chaussures pour vérifier le réglage.
  • AIRBAG : vérifiez la poignée et rajouter du lubrifiant si besoin (renseignez-vous auprès du fabricant), pesez la cartouche de gaz  (max 5gr de différence avec le poids du fabricant), contrôlez les armatures et les éventuels points d’usure.

 

Maintenant à vous de vérifier votre matériel 😉 Partagez cet article autour de vous et ajoutez vos remarques dans les commentaires ci-dessous.
Adishatz !

Alex

Skieur Pyrénéen auteur des blogs Ski Rando pour Tous et Inspyr. Ambassadeur du Community Touring Club pour partager cette passion du ski de rando et de la montagne au plus grand nombre.

Laisser un commentaire