Category ArchiveJ‘ai testé pour vous

Veste Alpi Ligth SIMOND pour le ski de rando

TEST : Veste Alpi Ligth SIMOND

Sur le marché très concurrentiel et haut de gamme des vestes techniques, SIMOND a su faire sa place en proposant un produit pour l’alpiniste et le skieur de randonnée à un prix défiant toute concurrence. Mais cette différence importante de prix se fait-elle au détriment de sa qualité ?

Test Vest Alpi Light Simond en Ski de rando

Cette veste est adaptée à une utilisation en ski de randonnée

Conditions de test

  • Météo : conditions hivernales variées (beau temps sec, neige, vent)  et températures de +5°C à -10°C.
  • Utilisation : une dizaine de sorties à la journée en ski de randonnée.
  • Où ? dans les Hautes Pyrénées principalement à des altitudes comprises entre 1000 et 2900 mètres.

Caractéristiques

 

  • Catégorie : Vestes
  • MARQUE / MODÈLE : SIMOND – Alpi Ligth
  • Composition :
    • 100% Polyester pour le tissu principal
    • 74% Polyester et 26% Elasthane pour les poches
  • Poids : 415gr en taille L
  • Imperméabilité : 10 000mm
  • Respirabilité  : RET = 8. Tissu 3 couches avec membrane respirante.
  • Résistance : Tissu léger (109g/m²)
  • Tailles : du S au XXL

Coupe ergonomique, coudes préformés, capuche réglable avec visière semi rigide, zip principal avec un double curseur (pour accès au baudrier), zip à tirettes pour serrage facilité avec les gants, 2 grandes poches poitrines, poignets réglables.

Veste Alpi Ligth SIMOND


Le TEST

J’avais quelques appréhensions à l’idée de tester cette veste en conditions hivernales (vu le prix, il doit bien y avoir quelque chose qui cloche ?!!). Dès les premières utilisations, on se rend vite compte de son côté pratique et agréable à porter : la  coupe est ajustée, ergonomique et les zips de serrage (capuche, taille) sont faciles à attraper avec des gants. Quelques soient les conditions à la montée, je l’ai toujours portée simplement avec une première couche en dessous et je n’ai jamais eu froid.  La veste rempli parfaitement son rôle de coupe vent et elle est suffisamment imperméable pour protéger de l’humidité. L’absence de poches « classiques » est un peu déroutante au début mais les poches frontales sont en réalités bien plus pratiques car elles permettent de ne pas être gêné avec les sangles du sac.

« A ce prix là tout y est : l’imperméabilité, la coupe, le poids et la résistance.  »

En revanche on trouve rapidement les limites de la respirabilité en montée. Si son RET de 8 est correct, l’absence de zips de ventilation sous les bras limite considérablement l’évacuation de l’humidité (les ouvertures mécaniques sont garantes d’environ 80% de la respirabilité d’une veste !). La visière m’a également semblé manquer un peu de rigidité pour bien protéger des conditions « extrêmes ».

Pour une utilisation classique en ski de randonnée, cette veste joue parfaitement son rôle par son côté pratique et son poids. Mais ne nous le cachons pas, si la qualité des détails techniques (zips de serrage, fermeture, capuche etc.) est inférieure à celle des grandes marques du secteur, elle offre malgré tout des réponses satisfaisantes aux besoins de son utilisateur et un prix LIGTH !

 


Les points forts

  • Rapport Qualité/Prix
  • Poids
  • Coupe ajustée
  • Ergonomie
  • Résistance
  • Étanche et coupe vent
  • SAV Décathlon

Les points faibles

  • Élastiques de serrage qui ont tendance à glisser
  • Absence de zip d’aération sous les bras
  • Respirabilité limitée
  • Manque de rigidité de la visière
Poches frontales

Poches frontales

Poignets réglables

Poignets réglables par velcro. J’aurais aimé voir une doublure avec le passe pouce.


 

« Pour une utilisation classique en ski de randonnée, cette veste joue parfaitement son rôle (…) »

 

 

Commandez-la directement en cliquant sur l’image ci-dessous :

Veste Alpi Ligth SIMOND pour le ski de rando

TEST : Peaux Hybrid Free CONTOUR


Destinée aux amateurs de skis larges les peaux Hybrid Free de chez CONTOUR sont « divisées » pour une utilisation sur tous types de skis. Peu connues en France mais plébiscitées en Autriche et en Italie, j’ai eu l’occasion de les tester une partie de l’hiver.

Conditions de test

  • Météo : conditions hivernales variées et températures de +5°C à -10°C
  • Qualités de neige : Glace, poudreuse, neige de printemps
  • Utilisation : une bonne dizaine de sorties à la journée avec des dénivelés positifs compris entre 1000 et 1600 m

Caractéristiques

  • Catégorie : Peaux de phoque hybrides universelles pour toutes lignes de cote
  • MARQUE / MODÈLE : CONTOUR – Hybrid Free
  • Composition :
    • 70% mohair
    • 30% fibres synthétiques
  • Peaux sans colle
  • Longueurs :
    • S : 162-172 cm
    • M : 171 – 181 cm
    • L : 180 – 190 cm
  • Poids : 490 gr en taille M


Le TEST

Mon premier avis fut plutôt mitigé : chaque peau est divisée en 2 dans le sens de la longueur et reliée à la spatule et au talon par un Tip et un Tailclip. Je me suis dit que leur manipulation risquait de ne pas être des plus aisée…

Sur le terrain, cette première impression s’est rapidement envolée. Si on prend le temps de bien poser le ski à plat, leur mise en place est simple d’autant que l’adhésif permet de les repositionner facilement si elles sont mal placées.  J’ai eu l’occasion de les tester sur deux paires de skis différentes allant du 95 au 105mm pour des tailles de 177 à 184cm, le fait que la peau soit divisée permet de bien les ajuster le long des carres garantissant ainsi une accroche optimale quelle que soit la largeur du ski. De plus, le Tip et le Tailclip permettent d’adapter la peau à la longueur du ski.

« En montée rien à signaler, les peaux remplissent parfaitement leur fonction : glisse et accroche. Je n’ai pas eu de problème de bottage. »

Là où le bât blesse, c’est au moment de les retirer. Elles se décollent facilement mais pour les plier c’est un peu galère surtout si le vent s’en mêle ! Bon ça c’était jusqu’à ce que je vois une vidéo présentant la façon de les enlever (cf. en fin d’article), en effet avec un peu de technique ça ne pose plus vraiment de soucis.

Sur la toile, de nombreuses personnes font état de problèmes de glisse en descente liés au transfert de l’adhésif sur la semelle du ski. Je n’ai pas eu ce soucis en une dizaine de sorties, à voir peut-être sur le long terme. C’était la première fois que j’utilisais des peaux sans colle et il est vrai que ça évite bien des désagréments. Qui n’a jamais été obligé de tirer comme un âne sur des peaux collées malencontreusement entre elles ?!


Les points forts

  • S’adapte sur tous les skis quelque soit leur largeur
  • Pas besoin de les découper
  • Installation facile
  • Peaux sans colle qui peut se nettoyer à l’eau
  • Pas besoin de les ré-encoller

Les points faibles

  • Le rangement / pliage n’est pas facile quand il y a du vent
  • L’attache en spatule tient moins bien qu’un étrier classique.

Attache à la spatule (TipClip)

Attache au Talon (TailClip)


 

Les amateurs de poudreuse qui recherchent une seule peau pour plusieurs paires de skis seront concquis par les Hybrid Free !

 

 

Commandez les directement en cliquant sur l’image ci-dessous :

 

 


Camp_G_Comp_Warm_Gloves_Black_Lime[1470x849]

TEST Gants : CAMP G Comp Warm


Pas facile de trouver de bons gants pour le ski de rando. Ils doivent être chaud mais pas trop et surtout pratiques pour manipuler le matériel sans devoir les enlever. J’ai donc testé pour vous les gants G COMP WARM de la marque CAMP.

Conditions de test

  • Altitude : de 1300 à 2800 m
  • Météo : conditions hivernales variées (vent, neige et temps sec) et températures de +2°C à -10°C
  • Utilisation : testés pendant 1 mois en ski de rando, parcours de crêtes et remontées de couloirs en piolet / crampons.


 

Caractéristiques

  • Catégorie : Softshell
  • Composition :
    • Paume : similicuir
    • Extérieur : 100% élasthanne
    • Doublure : 100% polyester
    • Sur-moufle : 80% Nylon / 20% Polyuréthane / Garnissage mouffle : PrimaLoft Gold 40g/m²
  • Coussinets Grip’R sur le pouce, la paume et l’extérieur de la main
  • Renforts entre le pouce et l’index
  • Leash de poignet et tirettes pour enfiler les gants
  • Poids réel : 105 gr.
  • Tailles : du S au XXL
  • Prix : 65€


Le TEST

La gamme G de CAMP possède plusieurs modèles destinés à l’alpinisme et au ski de randonnée. Les G COMP Warm sont respirant, coupe vent et sont annoncés avec une isolation thermique de 2 sur 3 idéale pour une grande partie de la saison sauf par grand froid.
Ma première impression fut plutôt bonne : les gants sont souples et peu épais, je peux les enfiler facilement, ils sont confortables et le look est plutôt sympa. La sur-moufle est amovible et peu se ranger dans une poche prévue à cet effet sur le haut du poignet.

Première impression OK mais qu’en est-il vraiment en conditions hivernales ? C’est parti pour un bon mois de test en conditions variées (c’est ça les Pyrénées !) : neige, vent, temps sec, grand froid et températures douces.

A la montée, les gants sont très agréables à porter. Ils sont fins et souples ce qui facilite les manipulations du matériel et les ouvertures/fermetures du sac et des poches. Aucun soucis pour attraper les fermetures éclairs de la veste. A ma grande surprise, le GripR donne une accroche irréprochable pour l’appui sur les bâtons.

« Une fois en haut, les manipulations du matériel se font facilement. Je n’ai eu aucun mal à enlever et ranger les peaux de phoques dans le sac, ni à serrer les chaussures (bien entendu, il faut enlever la sur-moufle! ). Même si ce n’est pas une nouveauté, j’ai particulièrement apprécié les élastiques qui permettent de garder les gants accrochés au poignet lorsqu’on les enlève. »

Pour ce qui est du confort thermique, je n’ai jamais eu froid tant que j’étais en mouvemen. La sur-moufle est efficace pour couper du vent et apporte une épaisseur supplémentaire non négligeable. En revanche, il m’est arrivé d’attraper les onglées aux doigts après avoir posé les mains dans la neige pour remonter un couloir avec mon piolet. Les gants n’étant pas imperméables, ils se sont humidifiés et l’action du froid (-10°C !) et du vent n’a rien arrangé à tout ça ! Descendre en ski avec l’impression d’avoir les mains coincées dans le congélateur n’est pas très agréable… C’est la seule limite que j’ai pu leur trouver sinon, ils font parfaitement l’affaire le reste du temps en utilisation « normale ».


Les points forts

  • La souplesse et la légèreté des gants permettent de manipuler facilement le matériel.
  • La sur-moufle amovible apporte une protection contre le vent et un confort thermique supplémentaire. Pas besoin d’avoir une autre paire de gants dans le sac.
  • Les leash poignets évitent de perdre un gant pendant une manipulation de matériel.
  • La sur-moufle est facile à enfiler et à ranger.

Les points faibles

  • Les gants ne sont pas imperméables. En même temps, on ne skie pas tous les jours sous la pluie !
  • La sur-moufle est plutôt fragile. Mieux vaut ne pas y mettre un coup de carres ou de crampons pendant une manipulation.
  • Protection limitée par grand froid.
  • Les tirettes pour enfiler et retirer les gants sont des gadgets.

 

Pour ceux qui font du ski de rando toute l’année et qui souhaitent avoir qu’une seule paire de gant, voilà celle qui vous faut ! Même si leurs limites se révèlent par grand froid, les G COMP WARM de Camp sont idéals pour une utilisation en ski de rando.
Adishatz !

 

Commandez les directement en cliquant sur l’image ci-dessous :

Topo ski rando Pyrénées

La bible des topos de ski de rando dans les Pyrénées

 
Dans les Pyrénées, les topo guides de ski de rando ne courent pas les rues ! Si l’offre est bien complète sur les balades en raquettes et les randonnées, le ski de rando est encore à la traîne. Pourtant, parmi les quelques bouquins, certains font référence comme les livres de Frédéric Cabot sur les itinéraires dans les Pyrénées Atlantiques et les Hautes Pyrénées.


Nous avons donc testé ces 3 recueils et parcouru de multiples itinéraires décrits pour se faire une idée de la qualité des topos.

5 erreurs à ne pas faire lors de sa première rando à ski

Mes premières sorties en ski de randonnée ont toutes été synonyme de galère. Sac beaucoup trop lourd, mal aux pieds, froid aux mains, trop couvert à la montée, skis inadaptés, montée trop difficile, mal aux jambes… Malgré tous ces “échecs”, la beauté des paysages dans lesquelles j’évoluais et le plaisir de la glisse à l’état pure à la descente me poussaient à recommencer. Au fur et à mesure des années de pratiques et des échanges avec d’autres skieurs de randonnée, je me suis rendu compte d’un certain nombre d’erreurs à ne pas commettre lors des premières sorties.