5 erreurs à ne pas faire lors de sa première rando à ski

5 erreurs à ne pas faire lors de sa première rando à ski

Mes premières sorties en ski de randonnée ont toutes été synonyme de galère. Sac beaucoup trop lourd, mal aux pieds, froid aux mains, trop couvert à la montée, skis inadaptés, montée trop difficile, mal aux jambes… Malgré tous ces “échecs”, la beauté des paysages dans lesquelles j’évoluais et le plaisir de la glisse à l’état pure à la descente me poussaient à recommencer. Au fur et à mesure des années de pratiques et des échanges avec d’autres skieurs de randonnée, je me suis rendu compte d’un certain nombre d’erreurs à ne pas commettre lors des premières sorties.

 

1. Renseignez-vous

 

Quand on commence une nouvelle activité comme le ski de randonnée, il est essentiel de ne pas se lancer tout seul. Tout d’abord, partir seul est à bannir en montagne car en cas d’accident vous ne pouvez comptez que sur vous-même. Ensuite, je dirais qu’il faut profiter de l’expérience des autres. Choisissez vos premières sorties avec des proches qui ont l’habitude du ski de randonnée. Ils pourront vous conseiller sur le matériel à utiliser, la manipulation des peaux de phoques, les choses utiles à mettre dans votre sac, les techniques de montée, la sécurité etc.

La communauté des skieurs de randonnée est très active sur le net via des forums comme  camptocamp, skipass, skitour… N’hésitez pas à aller à la pêche aux infos sur ces sites pour préparer vos sorties et vous renseigner sur les conditions de neige.  Avec l’aide des autres, vous progresserez beaucoup plus vite. Et si vraiment vous ne connaissez personne, faites vos premières sorties en toute sécurité avec un guide de haute montagne, ils sont là pour ça ! Allez-y à plusieurs pour former un petit groupe et partager les frais.

 

 

2. Le matériel de ski : Louez !!

 

Souvent, on n’ose pas essayer le ski de rando car on ne dispose pas du matériel adapté. “Je ne vais pas investir dans du nouveau matériel de ski si c’est pour m’en servir 3 fois”. C’est vrai, ça ne vaut pas le coup.

Lors de mes premières sorties, j’ai plusieurs fois eu la mauvaise idée de vouloir monter avec des raquettes à neiges et porter mes skis (et chaussures !) jusqu’au sommet. Ma bonne condition physique de l’époque ne suffisait jamais. Quelle galère de porter tout ça… En plus les raquettes ne sont pas adaptées dès que la pente se redresse ou lors de traversées en dévers.

La meilleure solution (et de loin!) pour s’initier, c’est de louer !! Avec l’essor de la pratique, de plus en plus de loueurs proposent du matériel de ski de rando. Il y a encore quelques années, c’était la croix et la bannière pour trouver du matériel en location, et les rares fois où vous en trouviez c’était un peu les skis de Jean-Claude Dusse que l’on vous refilait! Maintenant, les loueurs proposent la plupart du temps du matériel léger et de qualité. En plus, vous pourrez également louer le matériel de sécurité  indispensable DVA + pelle + sonde . Louer permet également d’essayer plusieurs paires de skis différentes pour trouver ses marques: du plus fin et léger (idéal à la montée) au plus large parfait pour la poudreuse (mais plus lourd à la montée!), tester du matériel est le meilleur moyen de savoir ce qui nous convient le mieux.

Comptez environ 35 euros pour une location de qualité avec skis + peaux de phoques + couteaux + chaussures + bâtons télescopiques.

 

 

3. Comment je m’habille ?

 

Une des plus grosses craintes quand on commence le ski de rando, c’est d’avoir froid. Du coup, on a souvent tendance à s’équiper comme lors d’une journée de ski en station: gros pantalon, sous couches, gros manteau, grosses chaussettes, masque de ski etc. Sauf qu’au bout de quelques minutes d’efforts on se rend vite compte de notre erreur: “j’ai beaucoup trop chaud !”. A la montée, les muscles du corps sont largement sollicités ce qui fait monter la température du corps. Et quand on transpire, la montée devient vite pénible. Une mauvaise régulation thermique entraine indubitablement une perte d’énergie.

Parfois il fait chaud !

Ce n’est pas le style qui compte, c’est de se faire plaisir !

 

En ski de rando, il ne faut pas hésiter se couvrir “légèrement”. Utilisez des vêtements fins dans lesquels vous vous sentez bien. Il sera plus aisé à jouer avec plusieurs épaisseurs et de s’arrêter pour enlever/mettre une couche. Premièrement, il n’est pas utile de porter un pantalon de ski épais. Préférez plutôt un pantalon fin plus léger et si vous avez vraiment peur d’avoir froid, mettez un collant dessous. Pour le corps, une sous couche, une polaire et un coupe vent suffiront largement à la montée. Prévoyez une couche supplémentaire (une doudoune par exemple) pour éviter de vous refroidir lors des pauses. Pour la tête, le bonnet est idéal au départ et à la descente.  Vous l’aurez compris, il assez rare d’avoir froid à la montée mais couvrez vous vite à chaque pause pour ne pas vous refroidir.

Ces conseils dépendent évidemment des conditions météo dans lesquelles vous évoluez. Effectivement par -15° degrés et 40 km/h de vent, j’aurais peur d’avoir froid. Mais ne fait-on pas du ski de rando quand les conditions sont idéales … ? Clignement d'œil

 

 

4. Mon sac est trop petit ?!

 

La peur d’avoir froid nous fait souvent emmener trop d’affaires dans le sac. Et plus le sac est grand, plus on a tendance à vouloir le remplir ! La première chose indispensable à prévoir dans le sac est le matériel de sécurité : la pelle, la sonde et une couverture de survie. Elles doivent être facilement accessibles pour être sorties rapidement en cas de besoin. Ensuite, prévoyez de l’eau. En fonction de la longueur et de la difficulté adaptez le volume d’eau, généralement 1.5L suffisent. Un conseil, n’hésitez pas à remplir votre gourde avec de l’eau chaude le matin avant de partir afin d’éviter qu’elle gèle pendant votre escapade. Un bon moyen de se réchauffer est également d’amener un petit thermos de thé ou café. Quel plaisir de partager une tasse de thé au sommet ! Sinon quelques goutes de rhum ou d’armagnac dans une flasque…. chacun sa méthode Clignement d'œil

Vous pouvez également gagner de la place avec le pic nique. Faites vous un sandwich avant de partir, ça évitera de monter la baguette entière, les emballages etc.

Emportez le strict minimum nécessaire, un sac d’une capacité de 30 litres est idéal pour emmener l’essentiel lors pour une journée.

 

 

 

5. C’est dur la montée !

La montée représente un effort physique important qu’il faut gérer. Parvenir à monter au sommet n’est pas la finalité d’une sortie car une fois en haut, vous n’avez fait que la moitié du chemin ! C’est pourquoi il est important de gérer son effort à la montée pour profiter de la descente. Quelle frustration de descendre dans une bonne neige avec des crampes aux cuisses !

Trace ski couloir

Une belle trace pour un beau couloir… Barèges

La base c’est de monter à son rythme. Il vaut mieux monter doucement et s’arrêter régulièrement pour reprendre son souffle, s’hydrater et profiter du paysage. Lorsque que vous êtes en groupe, ce n’est pas au plus lent à s’adapter à la cadence du plus rapide, mais l’inverse. Qui plus est, commencer la randonnée lentement permet de s’échauffer tranquillement pour se préserver des blessures musculaires. Et puis n’oubliez pas, vous n’êtes pas seulement là pour profiter de la descente, observez les superbes paysages qui vous entourent.

En montagne, l’observation du terrain est une qualité essentielle pour le randonneur car elle permet d’éviter les passages les plus raides et difficiles physiquement. Il est préférable (dans la mesure du possible) de contourner les obstacles pour profiter d’une pente moins raide quitte à rallonger un peu la marche. Parfois, il est impossible de contourner une pente raide, dans ce cas la montée en “zigzags” (Cf. photo ci-contre) permet une approche plus facile de l’obstacle.  Enfin, suivre la trace de montée de quelqu’un d’autre n’est pas gage d’itinéraire le plus facile. Les personnes les plus entrainées auront tendance à monter plus directement avec des traces plus raides. Dans ce cas, faites votre propre trace !

 

 

 

Vous l’aurez compris, il est parfaitement normal de faire des erreurs lorsqu’on débute, quelque soit la discipline. Mais le ski de randonnée se pratique dans un environnement hivernal qui mérite de l’attention et de la préparation qui sont essentielles pour pouvoir se faire plaisir en toute sécurité. Ne partez jamais seul et profitez des conseils précieux des plus expérimentés. Enfin, quelque soit la difficulté physique, profitez de cet environnement incroyable qui vous entoure, respectez-le et faites vous plaisir !

Et vous avez-vous déjà vécu des galères liées au manque d’expérience ? Partagez-les ci-dessous.

Adishatz !

Alex

Skieur Pyrénéen auteur des blogs Ski Rando pour Tous et Inspyr. Ambassadeur du Community Touring Club pour partager cette passion du ski de rando et de la montagne au plus grand nombre.

Laisser un commentaire